cc
cc

Bienvenue dans le système nerveux central

Découvrons pourquoi les Lymphocytes B peuvent jouer un rôle important dans la physiopathologie de la sclérose en plaques.

Scroll

Bienvenue dans le système nerveux central

00:20 / 00:30
En dehors des situations pathologiques, l’accès des cellules de l’immunité au système nerveux central est limité, mais non garanti, par la barrière hémato-encéphalique (2)

Dans la SEP, au cours de la formation des lésions, les cellules immunitaires auto-réactives, dont les LB, passent de la circulation sanguine vers le SNC et où elles vont alors proliférer par des interactions avec des neuroantigènes. (2)(3)

L’hypercellularité autour des vaisseaux sanguins indique que la prolifération cellulaire et la rupture de la barrière hémato-encéphalique sont causés par le relargage de cytokines inflammatoires par ces cellules autoréactives. (1)(2)(3)
From Froham EM. N Engl J Med. 2006 Mar 2:354(9):942-55. Copyright © 2006. Massachusetts Medical Society. Reprinted with permission from Massachusees Medical Society.

Découvrons pourquoi les lymphocytes B peuvent jouer un rôle important dans la physiopathologie de la sclérose en plaque

00:20 / 00:30
En dehors des situations pathologiques, l’accès des cellules de l’immunité au système nerveux central est limité, mais non garanti, par la barrière hémato-encéphalique (2)

Dans la SEP, au cours de la formation des lésions, les cellules immunitaires auto-réactives, dont les LB, passent de la circulation sanguine vers le SNC et où elles vont alors proliférer par des interactions avec des neuroantigènes. (2)(3)

L’hypercellularité autour des vaisseaux sanguins indique que la prolifération cellulaire et la rupture de la barrière hémato-encéphalique sont causés par le relargage de cytokines inflammatoires par ces cellules autoréactives. (1)(2)(3)
From Froham EM. N Engl J Med. 2006 Mar 2:354(9):942-55. Copyright © 2006. Massachusetts Medical Society. Reprinted with permission from Massachusees Medical Society.

Les lymphocytes B des personnes atteintes de sclérose en plaques pénètrent dans le cerveau en traversant la barrière hémato-encéphalique (BHE). (1)

En dehors des situations pathologiques, l’accès des cellules de l’immunité au système nerveux central est limité, mais non garanti, par la barrière hémato-encéphalique. (1)

Dans la SEP, au cours de la formation des lésions, les cellules immunitaires auto-réactives, dont les lymphocytes B, passent de la circulation sanguine vers le SNC et où elles vont alors proliférer par des interactions avec des auto-antigènes. (1)(2)

L’hypercellularité autour des vaisseaux sanguins indique que la prolifération cellulaire et la rupture de la barrière hémato-encéphalique sont causées par le relargage de cytokines inflammatoires par ces cellules auto-réactives. (1)(3)(4)
From Froham EM. N Engl J Med. 2006 Mar 2:354(9):942-55. Copyright © 2006. Massachusetts Medical Society. Reprinted with permission from Massachusees Medical Society.

Les Lymphocytes B peuvent présenter des auto-antigènes et des signaux de co-stimulation aux Lymphocytes T (5)

00:20 / 00:30
Les lymphocytes B des patients atteints ont une plus grande propension à activer les lymphocytes T et induire une réponse pro-inflammatoire. (5) Lors de cette interaction les lymphocytes B reçoivent également des signaux d'activation de la part des lymphocytes T, entrainant donc une activation réciproque des lymphocytes B et T. (5)

Exposition à un antigène étranger

Les lymphocytes B des témoins sains et des patients atteints de SEP induisent une expansion clonale similaire des lymphocytes T en réponse à l’exposition à un antigène étranger (anatoxine tétanique ou virus des oreillons)*. (5)



Exposition à un auto-antigène

Lors de l’exposition à un auto-antigène (glycoprotéine d’oligodendrocyte ou protéine basique de myéline), les lymphocytes B naïfs et mémoires des patients atteints de SEP induisent une plus forte prolifération de lymphocytes T CD4+ comparé aux patients sains. (5)



Les lymphocytes B peuvent produire une grande variété de cytokines pro-inflammatoires ou régulatrices. (5)

00:20 / 00:30
Il a été montré que les lymphocytes B mémoires étaient sur-représentés chez les patients atteints de sclérose en plaques, et qu'ils sécrétaient plus de cytokines pro-inflammatoires que les lymphocytes B naïfs. (5)

Il y a notamment une surproduction d’IL-6 et une diminution de la production d’IL-10 par les lymphocytes B. (5)

L’IL-6 agit sur la survie, la prolifération et l’activité des cellules immunitaires, et augmente la réponse inflammatoire. Cette interleukine peut traverser la barrière hémato-encéphalique et on constate une augmentation de sa concentration dans le liquide céphalo-rachidien des patients atteints. (5)

L’IL-10 a plutôt un rôle régulateur et anti-inflammatoire, mais l’exposition des lymphocytes B à cette cytokine accroît leur survie et tend à les différencier en plasmocytes. (5)

L’IL-15 a aussi plusieurs rôles dans la physiopathologie de la SEP (6)

- Comparativement à des patients sains, une plus grande proportion de lymphocytes B la synthétise

- Elle augmente le profil cytotoxique des lymphocytes T CD8+: ils traversent plus facilement la BHE inflammée (in vitro) et attaquent plus fortement les cellules gliales. (6)





Les lymphocytes B peuvent se différencier en plasmocytes et produire des anticorps. (7)

00:20 / 00:30
Les lymphocytes B peuvent produire des auto-anticorps qui seraient responsables des lésions au niveau des neurones et de l’activation des macrophages, qui contribuent à l’inflammation et à une attaque de la gaine de myéline. (7)(8)(9)

En effet, chez plus de 95 % des patients atteints de SEP, des taux élevés d’anticorps sont produits à l’intérieur du système nerveux central. (10)

Les anticorps oligoclonaux produits par un petit nombre de clones de lymphocytes B peuvent s’accumuler dans le liquide céphalo-rachidien. (11)

La présence de bandes oligoclonales dans le liquide céphalo-rachidien appuie le diagnostic de SEP. (10)

Les bandes oligoclonales représentent des colonies de Lymphocytes B avec des mutations somatiques d’immunoglobulines. (12)(13)



Les lymphocytes B peuvent être en lien avec la formation de nouvelles structures folliculaires lymphoïdes ectopiques. (14)(15)

00:20 / 00:30
Ces structures folliculaires lymphoïdes ectopiques, retrouvées au niveau des méninges, peuvent être responsables de l’activation de la microglie, de l’inflammation locale et de la perte neuronale dans le cortex à proximité. (14)(15)




Partagez ce voyage dans le
système nerveux central

D-16/0480 établi le 14/11/2016

1 . Ortiz GG, et al. Role of the blood brain barrier in multiple sclerosis, Arch Med Res 2014;45(8):687–97.
2 . Hartung HP, et al. Immune regulation of multiple sclerosis, Handbook of Clinical Neurology. 2014;122(3rd series):3–14.
3 . Palmer AM, et al. Multiple sclerosis and the blood-central nervous system barrier, Cardiovasc Psychiatry Neurol. 2013;2013:530356.
4 . Frohman EM, et al. Multiple sclerosis — The plaque and its pathogenesis, N Engl J Med 2006;354(9):942–55.
5 . Ireland SJ, et al. Antibody-independent B cell effector functions in relapsing remitting multiple sclerosis: Clues to increased inflammatory and reduced regulatory B cell capacity, Autoimmunity 2012;45(5):400–14.
6 . Schneider R, et al. B Cell-derived IL-15 enhances CD8 T Cell cytotoxicity and is increased in multiple sclerosis patients, J Immunol 2011; 187:4119-4128
7 . Hemmer B, et al. New concepts in the immunopathogenesis of multiple sclerosis, Neuroscience, Nature Review 2002;3:291-301.
8 . Genain CP, et al. Identification of autoantibodies associated with myelin damage in multiple sclerosis Nat Med 1999;5(2):170–5.
9 . Storch MK, et al. Multiple Sclerosis: In situ evidence for antibody- and complement-mediated demyeliation, Ann Neurol 1998;43(4):465–71.
10 . Link H, Huang Y-M. et al. Oligoclonal bands in multiple sclerosis cerebrospinal fluid: An update on methodology and clinical usefulness, J Neuroimmunol 2006;180(1-2):17–28.
11 . Colombo M, et al. Accumulation of clonally related B lymphocytes in the cerebrospinal fluid of multiple sclérosis patients, J Immunol 2000; 164(5):2782–9.
12 . Qin Y, et al. Clonal expansion and somatic hypermutation of VH genes of B Cells from cerebrospinal fluid in multiple sclerosis, J Clin Invest 1998;102(5):1045–50
13 . Bar-Or A, et al. The immunology of multiple sclerosis, Semin Neurol 2008;28(1):29–45.
14 . Serafini B, et al. Detection of ectopic B-cell follicles with germinal centers in the meninges of patients with secondary progressive multiple sclerosis, Brain Pathol 2004;14(2):164–74.
15 . Magliozzi R, et al. A gradient of neuronal loss and meningeal inflammation in multiple sclerosis, Ann Neurol, 2010; 68:477–493
16 . Magliozzi R et al. Meningeal B-cell follicles in secondary progressive multiple sclerosis associate with early onset of disease and severe cortical pathology, Brain, 2007, 130, 1089-1104.